[Critique] Balle perdue : le Fast & Serious de Netflix

By Julie Hay

Crédits : Netflix

Netflix met la gomme avec Balle Perdue. La plateforme ajoute un nouveau film français à son catalogue et mise sur l’action pour enrichir son offre. Si le genre est largement boudé dans les salles obscures françaises, le film de Guillaume Pierret s’offre une place de choix sur Netflix. Lino est un petit génie de la mécanique, emprisonné lorsqu’un braquage tourne mal. Repéré par le chef de l’unité spéciale go-fast de la police, il va collaborer avec les forces de l’ordre. Mais lorsqu’il est accusé à tort de meurtre, il n’a plus d’autre choix que de retrouver la balle du crime pour s’innocenter. S’engage alors une course contre la montre pour le mécanicien, qui est contraint de mettre la gomme pour échapper aux forces de l’ordre. Côté intrigue, Guillaume Pierret n’a pas inventé la poudre, mais se réapproprie avec brio les codes du genre. Sans dévoiler les éléments de l’intrigue, Balle Perdue explore des arcs narratifs déjà largement exploités, mais sans que tout cela sente le réchauffé. Le scénariste fait d’ailleurs quelques choix ambitieux qui ne sont pas pour nous déplaire. Si l’introduction est assez brouillon, le film gagne en efficacité, passé sa première demi-heure. Le scénariste et réalisateur a pour ambition de dépoussiérer le genre et c’est assez réussi. Les dialogues d’Alban Lenoir, Kamel Guemra et Guillaume Pierret sont percutants et bien loin des artifices hollywoodien. Le film évite le piège de la surenchère de punchlines, préférant attirer l’attention des spectateurs sur l’intrigue.

Crédits : NetflixEt ça fait bim, bam, boum

Malgré son budget restreint, Balle Perdue n’a rien à envier aux productions américaines. Le sens aigu de la mise en scène de Guillaume Pierret et son goût pour les bastons chorégraphiées au millimètre, font de Balle Perdue un divertissement généreux qui distribue les pains sans ménagement. Le cinéaste pose un nouveau regard sur l’action et suit avec sa caméra les moindres détails de ces combats. Le film peut aussi compter sur le jeu physique d’Alban Lenoir, qui nous avait déjà montré l’étendu de ses talents dans Antigang. L’acteur se révèle plus que convaincant dans la peau du personnage principal, bien loin de son rôle dans Les Crevettes Pailletées. Dans le domaine du “pinage”, Alban Lenoir sait définitivement y faire. L’acteur a d’ailleurs réalisé une majeure partie de ses cascades seul, et c’est franchement impressionnant. Il est particulièrement efficace dans la scène du commissariat. Alban Lenoir ne fait pas dans la dentelle, pour notre plus grand plaisir.

Sur l’asphalte, aussi, Guillaume Pierret met son regard aiguisé au service de courses poursuite digne de la saga avec Vin Diesel, avec des Renault 5 et Clio en guise de bolides. Explosions, vols planés et crissements de pneus, les passionnés du genre en auront pour leur compte. Si Besson avait déjà tenté de nous plonger dans l’univers des grosses cylindrés avec Taxi, Pierret fini de nous convaincre. Il n’y a pas qu’à Hollywood que l’on peut mettre la gomme. Pour l’accompagner à l’écran, Alban Lenoir peut compter sur l’excellente Stéfi … Plus d’infos

Read more here:: [Critique] Balle perdue : le Fast & Serious de Netflix